jueves, 15 de mayo de 2008

Tipasa

Etreindre un corps de femme, c’est aussi retenir contre soi cette joie étrange qui descend du ciel vers la mer.

A. Camus

1 comentario:

nizar dijo...

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
(Charles Baudelaire)